#défiécrireàvolonté Jour 17

Consigne : Nenon c’est pas moi

C’est un défi à double contrainte.

La première qui est à mon avis la plus simple: utiliser les trois objets suivants dans le texte, mais en les utilisant de manière différente de leur usage habituel. Les mots sont horloge, piano, tableau et réfrigérateur.

La deuxième contrainte est une contrainte de son. Nous allons répéter le son « R ». Il faut donc utiliser au moins 60 mots ayant le son « R » à l’intérieur.

Le sujet est libre et le texte doit faire entre 150 et 400 mots.

Bienvenue chez toi !

Les colocataires de Julien étaient au nombre de treize. Allait-ce lui porter bonheur ou au contraire attirer la malchance ? Ni l’un ni l’autre bien sûr, l’ancien professeur de mathématiques et joueur de poker, cartésien, n’est pas superstitieux.

« … Et voilà la grinding room ! C’est ici qu’on se retrouve avec les ordinateurs, principalement pour les tournois. Tu as un bureau libre au bout à droite, sous le bordel de cendriers débordés et cannettes de redbull vides. Bien sûr, il y a la fibre et tu as un branchement filaire possible directement sur le mur. »

Yoann le guidait dans les couloirs de l’immense demeure luxueuse en lui présentant au fur et à mesure ses autres colocataires et les points d’intérêt. Ils allaient passer à la prochaine pièce, mais le regard de Julien s’arrêta sur l’étrange agencement d’une partie de la vaste salle qui comportait des poufs, du faux gazon, une table de pique-nique, et un piano visiblement installé là pour la décoration comme en témoignait une chaîne audio déposée directement sur le siège de l’instrument. C’était autre chose encore qui l’intriguait.

« Pourquoi l’horloge n’est pas à l’heure ?
– Elle est à l’heure de Paris. Certains jouent sur le .fr où le niveau des joueurs est désespérément bas plutôt que d’affronter les Russes et les Allemands. Alors ça leur permet de vérifier si c’est l’heure des fishs, et de changer de room de poker si besoin. »

Julien n’avait pas imaginé rester sur le .fr. Il avait beaucoup fantasmé l’opportunité de rejoindre les tables internationales, et cette information lui donnait matière à réfléchir. Il ne serait plus dépendant d’horaires de bureau maintenant, la liberté avait un goût qu’il peinait à réellement découvrir.

« Attention ! »

En sortant dans le couloir, il faillit heurter un autre habitant des lieux qui transportait deux immenses tableaux.

« Putain ! Tu m’as fait flipper mon gars ! jura-t-il. Ça vaut de l’or ça, c’est un investissement, alors regarde où tu marches !
– Tu investis dans l’art ? demanda Julien, surpris.
– Pas de banque, pas de problème. Mais ne va pas suivre Yoann dans son délire sur le bitcoin hein ! lança-t-il en regardant en biais le guide du jour.
– Je ne sais pas… »

Un silence un peu bizarre basé sur l’absence totale de sens de la répartie de notre z’héros s’installa quelques secondes avant que la visite reprenne en direction de la cuisine qui clôturait ce tour du propriétaire. Julien se retrouva alors seul avec son éternel sac à dos kaki. Il profita de l’occasion pour en sortir un sandwich qu’il voulait réfrigérer pour plus tard. Mais une dernière surprise l’attendait pour lui faire découvrir la raison d’être de l’affichage « raise ton mental » sur le plus grand des deux réfrigérateurs. Celui-ci était tout simplement rempli de redbull dans la portière, de bière dans les bacs légumes, et de bocaux de marijuana à tous les autres étages. Pendant un bref instant, il se posa la question de la pertinence de son expatriation à Chiang Mai, mais écarta bien vite cette désagréable pensée pour la remplacer par l’excitation de vivre enfin la vie sans contraintes dont il avait toujours rêvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑