#défiécrireàvolonté Jour 15

Consigne : Elles ont du style, ces rhétoriques !

Alors ici on va mélanger figures de style et figures de rhétorique. Et les gagnantes sont le zeugma et la métonymie. Attendez je vais vous expliquer ces mots tout droit sortis des enfers.

Le zeugma consiste à coordonner des éléments qui sont normalement incompatibles syntaxiquement ou sémantiquement. On associe souvent un élément concret et un élément abstrait.
Ex.: il était vêtu d’un manteau et d’amabilité.
Elle sortit de son sac ses clés et son sourire le plus radieux.

La métonymie, elle permet de désigner quelque chose en utilisant un autre mot que celui qui convient, comme une partie pour le tout (une lame pour désigner une épée, rejoindre son oreiller pour aller au lit), une relation de cause à effet (boire la mort pour boire du poison) ou le contenant du contenu (manger son assiette, boire un verre).

Donc à vous de faire un texte avec pour thème la nourriture ou le voyage contenant au moins 4 zeugmes et 3 métonymies. Texte entre 150 et 400 mots.

Vous vous sentez d’attaque? Alors c’est à vous! Étonnez-nous.

Premiers pas dans de vieilles habitudes

Julien n’avait pas un look de touriste. Il portait son habit du dimanche. Et je ne parle pas du dimanche pieux, mais du dimanche un peu plus « luv », du dimanche pluvieux. Celui qui ne se vit pas hors de son jogging et rarement loin de son oreiller. C’est vêtu d’un pantalon confortable, de vieilles baskets, d’un hoodie brandé « Poker-Geek », et de sa détermination à changer de vie qu’il tendit son passeport au douanier qui l’attendait à la sortie de l’avion.

Au premier pas à l’extérieur, il fut saisi à la gorge par une bouffée de chaleur qui contrastait avec la grisaille parisienne qu’il avait quittée quelques heures plus tôt. L’air vicié du RER B fut vite remplacé dans ses poumons par le souffle humide et exotique de la Thaïlande. C’était à la fois inconfortable pour le corps et rafraichissant pour l’esprit. Il l’avait fait. Il avait quitté son emploi, ses attaches, sa zone de confort. Un taxi l’emmenait vers une grind house, villa occupée par un groupe de joueurs de poker, et vers son destin.

La réalisation de la distance qui séparait son ancien appartement et son nouveau quotidien ne viendrait que plus tard. Son premier geste en arrivant serait d’ouvrir ses tables de poker en ligne et refermer sa bulle. Bonjour zone de confort, tu m’avais manqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑