Commentaire de la news de PokerStrategy.com à propos de l’étude sociologique des joueurs en ligne réalisée par l’ARJEL

Lien de la news commentée

Autorité de Régulation des Jeux En Ligne
Autorité de Régulation des Jeux En Ligne

Hello !

Après avoir lu cet article, mais surtout les liens associés :
L’étude de l’ARJEL
L’article du parisien
L’article de BFM TV

J’ai un léger goût d’amertume dans la bouche, comme à chaque fois que je me rend compte qu’une information a été utilisée à mauvais escient par des journalistes qui, allo quoi, n’ont pas été capable de remplir leur devoir d’objectivité ou au moins d’orienter un article dans une direction sans changer (et là on va plus loin que la simple manipulation) l’information.

Dans cette news, ainsi que dans les deux articles journalistiques précités, on nous parle de 184€ de dépense moyenne par joueur et par mois.

Première chose : ne vous sentez pas immédiatement concernés ! On parle de jeux en ligne et pas seulement du poker.

Ensuite ma question c’est : « dépense » what does that mean ?

Dans l’étude sur cet échantillon « énorme » (ironie : seulement 400 personnes), 8% déposent plus de 500€ par mois, 50% moins de 50€ et donc 42% entre 50€ et 500€.

Comment, avec des fourchettes aussi large, peut-on faire une moyenne à 184€ (à 1€ près) ?
Réponse de notre statisticien CharlesPkR : on ne peut pas.
D’ailleurs, ce chiffre de 184€ n’est pas donné dans l’étude de l’ARJEL mais seulement dans les articles qui en parlent. Par contre, je ne saurais pas vous dire qui est le premier à l’avoir sorti.

Revenons à ma première question : « dépense » what does that mean ?
Il s’agit d’une moyenne des moyennes des chiffres de l’ARJEL. Un chiffre d’une part faux comme vu ci-dessus, mais de plus utilisé encore de travers. Ici, – par – ne fait pas +, on ne fait que s’enfoncer dans l’erreur.

• 8% des joueurs déposent + de 500€
• 42% des joueurs déposent entre 50€ et 500€
• 50% des joueurs déposent moins de 50€

Même s’il était vrai que la moyenne des dépôts était bien de 184€, il s’agit de dépôts et non pas de dépenses !
Pour les non initiés : un dépôt est un transfert d’argent sur un compte de poker, mais l’argent vous appartient toujours ! Vous pouvez le retirer à tout moment, vous ne l’avez en aucun cas « dépensé ».

Entre le rapport de l’ARJEL et les médias, le verbe « déposer » s’est transformé en « dépenser ».

L’ARJEL nous dit dans son étude :
55% des répondants pensent avoir globalement perdu de l’argent depuis qu’ils jouent en ligne, contre 37% s’estimant au contraire plutôt gagnants, ce qui tendrait à démontrer la clairvoyance des joueurs dans la majorité des cas.

Premièrement, « clairvoyance » ? Qu’est-ce que ça signifie ? Plus de 50% s’avouent perdant, donc ils ont tort de jouer et la majorité n’est donc pas clairvoyante, non ? Et bien non ! Plus de la majorité sont « clairvoyants » car ils admettent perdre. Les autres vivants dans le déni ou dans une boite à chance (luckbox).
Autrement dit, cette petite phrase sur la clairvoyance du joueur est quelque chose de subjectif, et n’a donc pas sa place dans cette étude.

D’autre part, ces chiffres, si on les prend au sérieux, prouvent encore l’erreur des médias de parler des 184€ de dépense des joueurs. Car prennent-ils en compte les gains des 37% de joueurs s’estimant gagnants ?

Je trouve ça très intéressant de voir cette ébauche d’étude de l’ARJEL, mais évidemment, en tant que joueuse mais aussi en tant que personne à l’esprit scientifique, je n’aime pas voir que les autres médias manipulent ces informations, les utilisant comme de l’eau pour leur moulin à buzz.

Accroche du parisien et de bfm tv :
Selon une étude de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), les jeunes qui jouent y consacrent jusqu’à 10 % de leurs revenus.Selon l’étude sur le profil des joueurs en ligne présentée le 20 mars par l’Arjel, ceux-ci misent en moyenne 10% de leur salaire chaque mois.

Quels amalgames faits entre les différentes statistiques !

Je me dois de reformuler ça :

« Selon une étude sociologique des joueurs en ligne présentée le 20 mars par l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) :

– les joueurs ont majoritairement (60%) moins de 35 ans, ce que l’on pourrait qualifier de jeune
– les joueurs déposent majoritairement (50%) moins de 50€ par mois sur les sites de jeux en ligne (attention à ne pas confondre déposer et perdre !)
– les joueurs ont en moyenne un salaire se situant entre 1500€ et 2000€ par mois.

On peut donc dire que sur ce faible échantillon, le joueur moyen gagne entre 1500€ et 2000€ par mois et dépose moins de 50€ sur les sites de jeux en ligne. Il dépense en fait moins de 3,33% de son salaire puisque s’il gagne 1500€/ mois, dépose 50€ et perd tout, cette perte ne représentera toujours que 3,33% de son salaire. »

Il s’agit des mêmes chiffres, pourtant dans un cas, le joueur moyen est un spewtard et probablement un addict, dans un autre, le joueur moyen est « raisonnable » et s’il dit à sa femme (puisque le joueur moyen est un homme rappelons-le ) « le jeu en ligne est pour moi un loisir », elle ne grincera pas des dents.

Mais en-dehors de ses faibles compétences en mathématiques, le journaliste du parisien flingue carrément sa crédibilité en concluant son article par un arrondi à peine visible :

Rapport de l’Arjel :
A la suite des différents envois et relances effectués, plus de 500 réponses ont été obtenues pour le questionnaire en ligne, parmi lesquelles 400 étaient exploitables (les autres répondants n’ayant pas rempli le questionnaire jusqu’à la fin). Les résultats ci-dessous concernent donc ces 400 répondants.
Le parisien :
* Etude réalisée entre juin et septembre 2012 auprès de 500 joueurs en ligne.

Si ce n’est pas de la manipulation de chiffres !

Mis à part l’accroche qui est la même, l’article de BFM TV est tout de même plus objectif et moins orienté sur le buzz des articles traitant de l’addiction.
Je ne reviendrais pas sur toutes les fautes mathématiques faites dans ces deux articles comme je voulais le faire au départ, seuls les erreurs posant des questions m’intéressant au final.

Comment je suis devenu journaliste
Comment je suis devenu journaliste
Vivement l’étude sur un échantillon plus important.
Une dernière citation du rapport de l’ARJEL qui laisse l’espoir d’une étude plus complète :
Ce premier échantillon qui aura vocation, à l’occasion d’études ultérieures, à être élargi, permet d’ores et déjà de compléter les données trimestrielles de l’Arjel.

Merci de m’avoir lue jusqu’au bout !

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑